logo

Événements

03 88 76 75 88

contact@cse-strasbourg.com

2 Rue de la Pierre Large

67000 Strasbourg

Top 10 des films sur l’école

Qui n’a pas un jour vu un film sur l’école?

Car le cinéma s’est également intéressé au sujet de l’école en présentant des histoires touchantes, drôles mais également en soulevant de réelles questions ou en présentant les forces et les limites d’un système scolaire que nous connaissons pourtant si bien.

Notons que cette liste de films n’est aucunement un classement.

 

 

  1. Entre les murs – Laurent Cantet (2008)

 

source: allocine.fr

Le film suit l’année scolaire d’une classe de 4e dans un collège du 20e arrondissement de Paris. L’histoire est contée du point de vue de François, professeur de français de la classe. Face aux difficultés et conflits avec ses élèves, François n’hésite pas à adapter sa pédagogie afin de faire progresser les jeunes, quitte à repousser leurs limites.

 

Pourquoi on l’aime ?

 

Le film est une adaptation du roman éponyme de François Bégaudeau et a reçu la palme d’or à l’unanimité du jury lors du Festival de Cannes de 2008.

Film quasiment documentaire, ce récit placé au sein d’un établissement dît « sensible » nous montre le travail des enseignants pour aider les jeunes mais soulève également toutes les difficultés scolaires, sociales et sociétales que rencontrent les élèves dans leur quotidien.

Réel, drôle, grinçant et parfois touchant, ce film soulève une question fondamentale et laissée volontairement sans réponse afin d’éveiller notre réflexion : qu’est – ce qui fait l’école, l’institution ou les élèves ?

 

 

 

  1. Les Choristes – Christophe Barratier (2004)

 

source: allocine.fr

Au sortir de la guerre, Clément Mathieu, professeur de musique sans emploi, est nommé surveillant dans un internat de rééducation pour mineurs. Il découvre un établissement aux méthodes répressives appliquées par le directeur Rachin. Mathieu décide de familiariser les élèves au chant afin d’apporter un peu de sérénité à ses élèves.

 

Pourquoi on aime ?

 

Le film est une adaptation du film La cage aux rossignols de Jean Dréville (1945).

Plongeant le spectateur dans l’école d’après – guerre, ce film nous montre la vie quotidienne des élèves au sein d’un internat de rééducation et les méthodes qui y étaient appliquées. Notons toutefois que le film insiste sur le caractère extraordinaire et marginal des dîtes méthodes. Le film a néanmoins l’art de nous émouvoir et souligne l’importance d’une matière souvent oubliée, la musique, à travers sa dimension pédagogique et son caractère fédérateur.

Soulignons enfin la prestation de François Berléand dans son rôle du directeur Rachin, odieux personnage qui arrive tout de même à en devenir attachant.

 

 

 

  1. Au revoir les enfants – Louis Malle (1987)

 

source: imdb.com

Hiver 1943, en France occupée, l’histoire suit le jeune Julien, pensionnaire au collège Saint Jean de la Croix et son directeur le père Jean. Julien va faire la rencontre de trois nouveaux élèves dont Jean Bonnet. Le film suit l’amitié grandissante entre les deux garçons qui atteindra son apogée lorsque Julien découvrira le secret de Jean.

 

Pourquoi on aime ?

 

Le film remporte le Lion d’or à la Mostra de Venise 1987 et obtient sept César dont celui du meilleur film et du meilleur réalisateur en 1988.

Le film qui suit la vie des élèves sur fond d’occupation allemande, nous fait ressentir ce sentiment d’enfermement et cela au sein même de l’école. Malgré une certaine lenteur, le film nous tient en haleine et le spectateur tente de comprendre le secret de Jean et des deux autres élèves nouvellement arrivés. La fin du film ne peut que nous émouvoir et nous faire prendre conscience des sacrifices de certains à cette époque.

 

 

 

 

 

 

  1. Detachment – Tony Kaye (2011)

 

source: imdb.com

Henry Barthes est un professeur remplaçant qui est affecté dans un lycée de quartier américain. Vivant seul, avec comme seul famille un grand – père résidant à l’hospice, Henry arrive dans un environnement violent où les élèves sont irrespectueux et agressifs. Malgré la difficulté, ce professeur d’anglais va tenir la classe jusqu’à l’arrivée d’un professeur titulaire. Les provocations des élèves ne changent rien, Henry est complètement détaché.

 

Pourquoi on aime ?

 

Le film a reçu le Prix de la critique internationale du Festival de Deauville en 2011.

Film sombre et déstabilisant, le réalisateur nous plonge dans un système scolaire américain rongé par les difficultés sociales et la ghettoïsation des quartiers. On ne s’attend évidemment pas à un happy – end et la violence de la réalisation nous laisse complètement désemparé. Mais quel film ose à ce point montrer les difficultés rencontrées par les élèves et étudiants au sein d’un système scolaire n’apportant plus aucune réponse ?

Saluons la prestation de James Caan dans le rôle d’un enseignant chargé de la gestion du comportement des élèves. A bout de force, il continue tout de même de tenter d’apprendre aux élèves les règles de vie en société et soutient ses collègues lorsque ces derniers sont prêts à craquer.

 

 

 

  1. Le plus beau métier du monde – Gérard Lauzier (1996)

 

source: imdb.com

Laurent Monier est professeur agrégé d’histoire à Annecy. Suite à son divorce, ce dernier est muté au collège Serge Gainsbourg de Saint – Denis, établissement dît « sensible ». Il se voit affecté à la classe la plus indisciplinée de l’établissement, la 4e techno. En outre, l’appartement de fonction qui lui est alloué se trouve dans la cité des Mûriers, cité réputée pour être la plus violente des environs.

 

 

Pourquoi on aime ?

 

Malgré qu’il s’agisse d’une comédie et que les traits soient grossis pour amener l’humour, ce film permet d’aborder les problèmes rencontrés par les élèves dans les zones dîtes « sensibles » et de souligner les difficultés des enseignants pour faire leur travail.

Soulignons la scène, où Laurent Monier se trouve dans le bureau du proviseur en compagnie du CPE et où ces derniers commencent à s’échanger leurs cachets d’antidépresseurs pour enfin partager un verre.

 

 

 

 

 

 

  1. Le cercle des poètes disparus – Peter Weir (1989)

 

 

source: imdb.com

En 1959 aux Etats – Unis, Todd Anderson est envoyé dans la prestigieuse école de Welton, réputée la plus austère du pays. Il y rencontre M. Keating, professeur de lettres anglaises, qui encourage ses élèves au refus du conformisme, au goût de la liberté et à l’épanouissement personnel. Dans cette optique, certains élèves vont refonder un groupe de poésie secret, le cercle des poètes disparus.

 

 

Pourquoi on aime ?

 

Classique parmi les classique, ce film bouleversant nous plonge dans l’élite du système scolaire américain où le conformisme et la réussite scolaire sont les deux seuls objectifs à atteindre. La prestation de ces jeunes acteurs qui deviendront par la suite de véritables stars ainsi que celle de Robin Williams est incroyable de sincérité. Le réalisateur nous montre comment par les mots, des jeunes peuvent s’ouvrir au monde, développer leur esprit et leur personnalité et s’affirmer face à un système parfois en inéquation avec son époque.

La scène finale restera parmi les plus connus du cinéma et la devise « Carpe diem » deviendra le refrain de toute une génération.

 

 

 

 

 

  1. Sur le chemin de l’école – Pascal Plisson (2013)

 

source: imdb.com

Le film présente quatre histoires parallèles. Celles de Jackson, Zahira, Carlo et Samuel qui doivent chaque jour parcourir plusieurs kilomètres et faire parfois face à certains dangers afin de pouvoir étudier. Ces quatre enfants ont pour point commun de vouloir étudier afin d’accéder à des meilleures conditions de vie.

 

 

Pourquoi on aime ?

 

Au-delà de plans et d’images somptueux, ce film nous montre l’école non pas comme une obligation mais comme une échappatoire où le chemin pour y accéder représente une véritable expédition. On ne peut que s’émouvoir devant la détermination de ces jeunes qui nous fait réfléchir sur le caractère soi-disant naturel de notre propre scolarité.

 

 

 

 

 

 

 

 

  1. Primaire – Hélène Angel (2016)

 

source: imdb.com

Comparable à « Entre les murs », cette fiction – documentaire nous narre la vie d’une classe de CM2 et de son professeur, Florence. Cette dernière, totalement dévouée à son travail, se consacre à ses élèves quitte à laisser de côté sa vie de famille et plus particulièrement son fils, élève de sa classe.

 

 

Pourquoi on aime ?

 

Pour son premier long métrage, Hélène Angel nous plonge au cœur d’une salle de classe et nous livre un récit authentique que peuvent vivre élèves et professeurs au sein de l’école primaire. Tel un soldat, le personnage de Florence vit son métier corps et âme et rencontre de nombreuses difficultés à faire coïncider vie professionnelle et vie familiale, une difficulté rencontrée par bon nombre d’enseignants.

Les scènes de classe vibrent de réalisme et de bienveillance grâce à l’interprétation de Florence mais également de l’ensemble des élèves de la classe. Le message transmis est clair : apprendre est la plus belle expérience qui puisse se vivre.

 

 

 

 

 

 

  1. Écrire pour exister – Richard LaGravenese (2007)

 

source: imdb.com

Faisant suite aux émeutes de Los Angeles (1992), le film retrace l’arrivée d’Erin Gruwell, jeune professeur d’anglais de 23 ans, dans une classe constituée d’élèves ayant un passé social et judiciaire. Pleine d’espoir, déterminée mais également d’une incroyable naïveté, Erin va pousser ses élèves à lui faire confiance malgré leur rejet des américains blancs. Les incidents dans la classe vont pousser la jeune professeure à ouvrir le dialogue en usant de l’humour et permettre de faire découvrir aux élèves que l’écriture peut permettre de libérer la parole et faire entendre leur voix.

 

Pourquoi on aime ?

 

Ce film est tiré d’une histoire vraie et de l’essai pédagogique collectif The Freedom Writers Diary écrit par Erin Gruwell et par sa classe.

Hymne à la tolérance, ce film nous prouve que l’école peut avoir une véritable action socialisatrice où la classe permet de construire un véritable espace de discussion, de tolérance et d’œuvrer à la déconstruction des aprioris et de la ségrégation raciale.

 

 

 

 

 

 

 

  1. A la rencontre de Forrester – Gus Van Sant (2000)

 

source: imdb.com

Jamal Wallace, jeune afro – américain vivant dans le Bronx, est admis dans une école prestigieuse de New York grâce à une bourse d’étude portant sur ses aptitudes au basket-ball.

Suite à un pari, Jamal rentre dans l’appartement de William Forrester, vielle homme ayant gagné le Prix Pulitzer et qui ne sort jamais de chez lui. Une amitié va lier les deux hommes et William va enseigner au jeune Wallace les règles de l’écriture.

 

Pourquoi on aime ?

 

Au contraire d’Ecrire pour Exister, ce film montre les difficultés d’un jeune homme issu d’un quartier défavorisé à s’intégrer dans un système éducatif élitiste et qui ne voit le jeune Jamal uniquement qu’à travers ses prouesses sportives.

L’écriture va une fois de plus permettre de prouver les capacités du jeune et conduira à son évolution scolaire et sociale. La relation maître/élève est, dans ce film, sorti du cadre scolaire pour passer d’un système professeurs/élèves à un système d’enseignement réciproque, le jeune Jamal aidant William à prendre goût à la vie.

La prestation des deux acteurs est saisissante et nous donne envie de prendre un papier et d’écrire.

 

 

 

En bonus :

 

Harry Potter à l’école des sorciers – Chris Columbus (2001)

 

source: imdb.com

Le jour de ses 11 ans, le jeune Harry Potter reçoit une lettre l’invitant à suivre ses études à l’école de sorcellerie de Poudlard où il est attendu pour la prochaine rentrée. Harry va alors découvrir le monde de la magie et suivre les cours de potions, de botanique, de métamorphose et de défense contre les forces du mal. Mais sa curiosité va le pousser à se mettre en danger et son courage l’entraînera à défendre l’école contre le seigneur Voldemort.

 

Pourquoi on aime ?

 

Oui il s’agit ici d’une fiction et d’un monde fantastique ! Mais qui n’a jamais rêvé d’être un élève de Poudlard ? Qui ne souhaite pas chercher ses affaires pour la rentrée dans le chemin de traverse ? Qui ne souhaite pas intégrer la maison Gryffondor (ou Serpentard), de suivre les cours du professeur Rogue, du professeur McGonagale et de participer à un match de Quidditch ?

Les livres Harry Potter, puis ensuite les films, ont convaincu toute une génération que l’école pouvait être attrayante, intéressante et magique. Et rappelez – vous : c’est Wingardium Leviosa, pas Leviosaaaaa.

 

 

Et vous? Quels sont les films sur l’école qui vous ont marqué?

One Response to “Top 10 des films sur l’école”

  • Marc SPITZER / Répondre

    Il manque dans la liste :
    The substitute (où comment un mercenaire venge sa copine blessée par de gros vilains élèves racailles et il leur fait pleurer leur mère… Comme quoi, c’est un métier complet et qu’une formation militaire est toujours la bienvenue…) et Bad Teacher (Cameron Diaz quoi…)


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *